nicole scherzinger is dating - Sexy video chat with chatbots

Ces bots généraient près de la moitié du revenu de l’entreprise, selon l’enquête du site Gizmodo.

Sexy video chat with chatbots-30Sexy video chat with chatbots-78Sexy video chat with chatbots-86

Ils avaient pour tâche de harponner les cœurs solitaires avec des phrases coquines afin de les inciter à acheter des crédits pour poursuivre plus longuement la conversation.

Vingt millions d’hommes ont été contactés par ces bots-entraîneuses et 11 millions ont discuté avec Toaster Strudell, Burn On The Grill ou Sexi-pervert1 sans se méfier.

Ce qui avait valu au bot d’être saisi par la police avant l’abandon des poursuites, laissant en suspens la difficile question de sa responsabilité.

Les artistes suisses Carmen Weisskopf et Domagoj Smoljo ont relancé, à l’occasion des fêtes de fin d’année, le Random Darknet Shopper Bot, un projet artistique qui achète des objets au hasard sur les boutiques du Dark Net - où sont essentiellement proposés des produits illégaux.

Ce dernier terme semble particulièrement approprié, ces « anges » étant souvent créés à partir d’images de profils abandonnés et d’autres données de comptes « morts » provenant de sites de rencontres.

Ces bots avançaient littéralement masqués, usant largement d’une option du site qui permet de superposer un loup sur l’image de son profil afin de l’anonymiser.Mais du moment que de nouveaux usagers s’inscrivaient au service, le modèle fonctionnait.Nous savons également que des employés d’Ashley Madison reprenaient le chat en main après les premiers contacts, donc de nombreux utilisateurs ne parlaient pas avec des bots logiciels mais avec des chatteurs humains professionnels lorsque la conversation devenait trop compliquée à gérer.Pour certains sans doute, ça n’avait pas d’importance, ils étaient satisfaits par l’excitation procurée par ce chat sexy.D’autres s’en sont désintéressés ou ont même essayé de poursuivre l’entreprise.Its been a wonderful journey creating this new chatbot.

Comments are closed.